Créativité, Innovation

De l’importance des habitudes créatives en innovation

Notre cerveau comporterait plus de 100 milliards de neurones et des chercheurs ont évalué le nombre de connexions synaptiques à plus de 1,8 millions par seconde entre l’âge de 2 mois in utero et le deuxième anniversaire. C’est par ce mécanisme que nous stockons l’information nécessaire à notre adaptation au monde. En d’autre termes, chaque objet, sensation, émotion, concept, pensée, comportement, etc… est engrammé dans notre cerveau sous forme de réseaux de connexions neuronales. Et c’est ainsi que chacun d’entre nous construit sa propre réalité, son modèle du monde, pas à pas en relation à son environnement extérieur et à un ensemble de rétroactions internes par évaluation et comparaison de l’expérience nouvellement vécue avec les structures neuronales préalablement établies.

Vers 3 ans, chacun de nos neurones aura ainsi créé en moyenne 15 000 connexions  et notre cerveau aura déjà commencé à faire le tri entre les plus utiles de ces connexions laissant s’évanouir dans « la nature cérébrale » les moins usitées d’entre-elles. Car, si au départ nos neurones cherchent à se connecter au plus grand nombre, ils opèrent un élagage consciencieux tel un architecte dessine une structure ou plutôt un ensemble de structures à la fois légères, solides et utiles selon le principe de « simplexité » cher à Alain Berthoz.

Mais comment cet architecte conçoit-il ces structures ? Imaginez que vous soyez au contact de votre bonbon préféré. Sa couleur, sa forme, sa texture, son odeur, son arôme se manifestent au moyen d’une structure (ou réseau) intégrée de neurones connectés entre eux qui se stimulent les uns les autres et tous en même temps. Ils forment ainsi un réseau extrêmement complexe dont chaque élément (ou neurone) est disséminé sur la surface du cortex à des endroits très différents et connectés entre eux au moyen de connexions synaptiques. Il n’y a pas de région cérébrale de votre bonbon préféré. Ainsi, à chaque fois que vous rencontrez votre bonbon préféré ou votre type de bonbons préférés, les connexions entre les neurones concernés gagnent en densité et en efficacité. Votre structure neuronale « bonbon préféré » se renforce à chacune de ces expériences. C’est bien la raison pour laquelle l’on considère que la gourmandise est un vilain défaut :).

Ainsi, chacun d’entre nous crée sa propre réalité, son propre modèle du monde au moyen de ces structures uniques qui s’affinent et se renforcent au fur et à mesure de la répétition de ces expériences conduisant à dessiner nos actions, nos comportement, nos pensées futures. Ces structures sont la manifestation physique de nos habitudes. Et ce qui est encore plus formidable et enthousiasmant, c’est notre capacité à jouer avec ces structures existantes au moyen de ce que l’on pourrait appeler les habitudes créatives. L’enjeu devient alors le suivant : comment passer de nos habitudes à nos habitudes créatives pour inventer et innover ?

C’est un jeu d’enfant au sens propre du terme ! la nature nous a donné cette capacité extraordinaire de pouvoir juxtaposer, associer, bissocier, altérer, fusionner ces structures plus ou moins vagues pour en construire de nouvelles. Cette activité consistant à fusionner ces différents schémas neuronaux s’appelle l’imagination. Vous pouvez vous-même constater l’infini pouvoir de votre cerveau à jouer avec toutes ces structures à l’occasion de vos rêves, ces états d’hyper-créativité durant lesquels vous focalisez vos perceptions sur des images, des sons et des sensations subtiles et fugaces, étranges, inconnues, paradoxales. Ce moment précis ou vous entrez dans un champ d’information, une sorte de bibliothèque contenant une connaissance universelle dans laquelle vous vous exprimez tel l’artiste peint sa toile inspiré par ses émotions, ses sensations, son intuition.

Les habitudes créatives commencent souvent par une question, le matin au saut du lit : quel est mon indice de curiosité sur une échelle de 1 à 10 ? quelle est ma volonté d’apprendre quelque chose de nouveau aujourd’hui ? Quelle est ma volonté de changer ? Quelles croyances suis-prêt à abandonner ? vous pouvez faire des promenades créatives, inventer de nouvelles questions, lire les revues que vous n’avez jamais ouvertes sous prétexte qu’elles ne font pas partie de votre monde, faire l’expérience du ‘oui’ quelque soit la proposition durant toute une journée, etc… et utiliser les techniques de créativité car c’est bien à cela qu’elles servent : provoquer des processus cognitifs inhabituels…et à force de les utiliser selon le principe des habitudes créatives, vous n’aurez plus besoin d’elles pour imaginer, inventer et innover car n’oublions jamais qu’il n’y a pas de créativité et d’innovation sans habitudes créatives.
Copyrights : Albéric de Solère – 2014